Bordeaux, entre traditions et modernité.
News
avril 19, 2018

Bordeaux, entre traditions et modernité.

Les traditions et la modernité vont de pair à Bordeaux. Pendant des siècles, la région de Bordeaux a cultivé ses vins grâce à des techniques enracinées dans un patrimoine familial. Mais, d’une fascinante manière, cet héritage historique prend maintenant part à la vinification moderne.  L’ancien devient renouveau. 

Prenez des Amphores par exemple : ces vases en céramique utilisés pour porter le vin, de la période Néolithique jusqu’à l’âge d’or de l’Empire Romain, sont considérées comme les précurseurs aux bouteilles de vin modernes. Elles sont aujourd’hui utilisées par quelques viticulteurs afin d’apporter des arômes différents à leurs vins à mesure qu’ils vieillissent. 

Les tonneaux de vin sont quant à eux toujours faits à la main, par des tonneliers expérimentés, utilisant pratiquement les mêmes techniques développées depuis des centaines d’années.

Pourtant, en parallèle de ces méthodes de stockage historiques, les maitres de chai Bordelais utilisent des systèmes de régulations de température et des installations de stockage hautement avancées pour la fermentation de leur vin. La chaleur a une relation complexe avec le vin: sans chaleur, il n »y a pas fermentation, mais trop de chaleur (même un degré ou deux) peut détruire une cave entière de vin avant même que ce ne soit buvable; Il est donc important d’affiner et de moderniser ces techniques de régulation. Quelques viticulteurs se sont donc tournés vers un système basé sur une technologie sous-marine : la sono-densitométrie. Suivant à la trace les vins à un niveau moléculaire, ce système fournit des informations permettant de contrôler les températures avec une incroyable précision.

Mais ce mariage de traditions et modernité n’a pas seulement lieu dans le chai. On peut voir des chevaux et des tracteurs à la pointe de la technologie travailler côte à côte dans les mêmes vignobles. Pour beaucoup de vignerons de Bordeaux les chevaux permettent d’empêcher la dégradation du sol d’une manière naturelle. Lors du décavaillonage (labours dans les vignes), un processus de biodynamie antique, les chevaux retournent doucement le sol d »une façon plus délicate qu »un tracteur. Néanmoins les tracteurs retournent plus de sol dans une durée plus courte que n »importe quel cheval, la machine et l »animal coexistent donc souvent dans des vignobles d’aujourd »hui.

De la même manière, dans des vignobles Bordelais, le processus même de culture de la vigne est enraciné dans l’histoire alors que chaque vigne est une merveille de science moderne.

La raison est simple: depuis la Grande brûlure du vin français dans les années 1800, quand le puceron de phylloxéra (un type de parasite) a décimé les vignobles de la France, les gouvernements ont interdit la plantation des vignes européennes n’ayant pas été greffées sur une tige de vigne américaine (résistant au phylloxéra). Depuis chaque vignoble à Bordeaux cultive ses vignes via une méthode appelée la greffe d’Oméga, une merveille de science on vous l’a dit !

Et avant même de s’approcher des vignes, les vignobles Bordelais nous offrent déjà un parfait assemblage d’Histoire et de design dans leur architecture.

Dans des châteaux à travers la région, beaucoup d’œuvres architecturales sont basées sur un héritage historique, mais, de plus en plus de viticulteurs expérimentent une architecture d »avant-garde : des caves modernes au design incroyable révolutionnent le paysage viticole et poussent le Bordelais à oser s’affranchir de son héritage et se révéler sous une autre facette.

Bien sûr au final, peu importe la technologie de pointe utilisée dans la viticulture ou la fermentation, il faut goûter le vin vous-même pour savoir s’il est bon ou non.

DISCOVER MORE

Phylloxéra

Abécédaire P

Ban des vendanges

Abécédaire B

Abécédaire T

Notre savoir faire