Profiter de chaque instant aux côtés du vigneron Pascal au Château Jean Faux
Portrait
octobre 20, 2016

Profiter de chaque instant aux côtés du vigneron Pascal au Château Jean Faux

« Ce que j’ai découvert au Château Jean Faux, c’est que Bordeaux est bien plus que de grands et célèbres domaines viticoles. Il y a beaucoup de petits et authentiques domaines où le savoir-faire et la passion sont la force motrice. Dans ce vignoble, comme chez Pascal, la vie est vraiment dédiée au vin, c’est beau à voir ! » témoigne Luigi Di Crocco, un des vainqueurs

Luigi et son amie Magali Pages, couple franco-italien habitant à Bruxelles, ont vécu leur weekend à la découverte de Bordeaux aux côtés de Pascal au Château Jean Faux. Sommelier de formation, Luigi est un fin connaisseur de vins italiens, mais les vins bordelais lui étaient moins familiers. Pascal se fit une joie de partager avec ses invités autour des vins de Bordeaux, et de partager avec eux sa passion. Dans son magnifique château dont 10 hectares sont destinés à la production de vins rouge et 2 hectares aux vins blancs, il a dévoilé à nos gagnants les secrets de production de ses millésimes, produits en biodynamie. 

Interview croisés de Luigi et de Pascal.

Quel amateur de vin de Bordeaux êtes-vous ?

J’ai travaillé pendant longtemps dans le tourisme et le commerce. Je suis sommelier en Italie et j’ai quelques notions sur les vins de Bordeaux, mais bien sûr un peu plus sur les vins italiens.

Pourquoi avez-vous souhaité participer au jeu lancé par les vins de Bordeaux ?

Il y a beaucoup de grands vins à Bordeaux, mais je suis très intéressé par les petits producteurs qui sont engagés dans la production locale et biologique. Je voulais en savoir plus à ce sujet.

Comment avez-vous sélectionné le vigneron avec lequel vous avez voulu vivre cette expérience unique ? 

Après avoir vu la description du vigneron je suis allé voir sur son site et j’ai remarqué qu’il n »avait pas beaucoup de variétés de vins différents et les images de sa propriété m’ont énormément plus. Il semblait très passionné et j’ai donc souhaité en savoir plus sur son histoire, et la passion qui se cache derrière son travail.

Quel regard portez-vous sur les vins de Bordeaux ? 

Les vins de Bordeaux sont très importants. Tout ce qui se passe dans le monde du vin, se trouve dans cette région. C’est vraiment un nom qui résonne et j »avais une idée assez standard sur les vins de Bordeaux, mais en réalité ils sont encore plus complexes et compliqués que ce que je pensais. Je commence à vraiment comprendre quels facteurs jouent un rôle important dans des régions comme celle-ci.

Cette immersion chez un vigneron de la région a-t-elle modifiée votre perception du vignoble bordelais ? 

Oui, certainement. Cette expérience a énormément changé et élargi ma vision. En Italie, par exemple, je vais souvent visiter des petites propriétés qui font de grandes exportations ou de grandes campagnes de marketing. Ici, je remarque qu »ils vivent vraiment dans la campagne, ils font tout eux-mêmes et sont par ailleurs constamment dans leur travail.

Que retenez-vous de ce week-end privilégié aux côtés d »un viticulteur de Bordeaux ?

Ce qui m’a frappé c’est qu’ici tout est vraiment très authentique et que les vignerons fonctionnent très bien comme ca. Ils ont une vie entièrement consacrée à leur vin et cela est impressionnant.

Rencontre avec Pascal, vigneron au Château Jean Faux.

Parlez-nous de votre domaine.

C’est un domaine très ancien. Il a été autrefois un fort, comme il y a eu de nombreux conflits dans la région. Parmi les propriétaires des lieux, on trouve un certain Eséchiel du Mad, comte de Mélac, originaire de Sainte-Radégonde et général de Louis XIV. Je me suis acheté le domaine en 2012. Nous avons tout restructuré et nous avons aujourd »hui 10 hectares de raisins rouges et 2 hectares de raisins blancs. Nous produisons donc surtout des vins rouges, mais aussi quelques bouteilles de blanc. Nous sommes sur la rive gauche de la Dordogne avec un sol principalement argilo-calcaire. En outre, nous travaillons dans une philosophie biodynamique. Bien sûr, nous avons des tracteurs, mais nous faisons encore beaucoup de chose manuellement !

Pourquoi avoir voulu participer à ce jeu ? Que souhaitiez-vous partager au travers de cette expérience ?

Ca m’intéressait beaucoup d’y participer. L »image de la région de Bordeaux est souvent assimilée à des vins chers alors qu’il existe une large diversité à faire découvrir. 

Quelles sont les qualités nécessaires au métier de vigneron ?

Etre passionné et persistant, mais aussi très patient. Tout dépend aussi de ce que chacun aspire. C’est particulièrement important pour moi que tout aille bien et pour que je puisse faire de bons vins, je ne veux pas construire un domaine gigantesque.

Quels sont les avantages et les inconvénients du métier ?

Un des nombreux avantages est que vous vivez en harmonie avec les saisons et la nature. J »ai beaucoup voyagé, mais c’est agréable d »être ici en paix.

Quelle image des vins de Bordeaux souhaitez-vous transmettre ? 

Les vins de Bordeaux paraissent compliqués et la région est devenue l’une des plus grandes et importantes de France, voire du monde. Il y a tellement de différentes idées et de différentes structures qui ont beaucoup à offrir, qu’il est important d’en parler.  

Comment voyez-vous l »évolution du métier de viticulteur dans le Bordelais ?

Je ne peux pas vraiment donner une réponse. C’est une région viticole très structurée et nous allons voir comment elle va évoluer. La clé me ​​semble être la nécessité à continuer de voir le vin comme le résultat d’un travail humain.

DISCOVER MORE

Vigneron d’un jour, Bordeaux toujours 

Les vins blancs secs de Bordeaux, l’Art de prendre son temps

Recette: Steak tartare