Comment conserver vos bouteilles de Bordeaux après les fêtes ?
News
août 9, 2017

Comment conserver vos bouteilles de Bordeaux après les fêtes ?

Entre le foie gras, le plateau d’huîtres et la bûche au chocolat, à l »approche des fêtes, on s »apprête à s »en donner à cœur joie ! Et pour accompagner ces délicieuses victuailles, les vins de Bordeaux trôneront sur toutes les tables de fêtes. Vous faites partie de ces incorrigibles qui prévoient toujours plus que nécessaire et craignez de ne pas savoir que faire de vos quelques caisses en surplus ? Il sera toujours temps de déboucher les précieux flacons qu’elles contiennent au cours de l’année… pourvu que celles-ci soient bien entreposées !

Quant aux bouteilles ouvertes, à peine entamées ? C’est l’occasion de prolonger, encore un peu, l’esprit du réveillon en les dégustant les jours suivants, à condition, là aussi, de savoir respecter quelques règles de (bonne) conservation…

 

Prendre garde à la durée de vieillissement et à la date d’apogée d’un vin 

En premier lieu, il faut avoir en tête que tous les vins n’ont pas la même capacité de garde, ce qui ne préjuge en rien de leur qualité, bonne ou mauvaise. Le temps qui passe exerce un impact sur le goût et les arômes d’un vin. Certains gagneront à vieillir quelques années, voire une ou plusieurs décennies en bouteille, tandis que d’autres sont agréables à boire dès leur prime jeunesse. La plupart des vins ne sont d’ailleurs pas destinés à rester des années en cave. Le potentiel de garde d’un vin dépend de sa typologie, de son appellation, du millésime et du terroir dont il est issu.

Parmi les vins rouges de Bordeaux, ceux d’appellation Bordeaux et Bordeaux Supérieur sont des vins qui se consomment jeunes, dans leurs quatre premières années d’existence. Les vins de Blaye et les Côtes de Bordeaux peuvent être dégustés tout au long de leur première décennie. Les crus du Médoc sont dotés d’une grande capacité de vieillissement, de 5 à 30 ans. Dans la même lignée, les Graves et les Pessac-Léognan peuvent se conserver de 5 à 15 ans. Côté rive droite, les rouges de Saint-Émilion et de Pomerol présentent une très belle capacité de garde.

En revanche, les blancs de Bordeaux tels que les Entre-Deux-Mers, les Bordeaux et les Côtes de Bordeaux se consomment dans leurs deux premières années pour profiter au mieux de leur caractère fruité. Les blancs plus structurés comme les vins de Graves et Pessac-Leognan ont tout à gagner à vieillir plusieurs années.

Enfin, parmi les blancs doux, les vins moelleux comme un Côtes de Bordeaux ou un Graves de Vayres bénéficient d’un temps de garde entre 2 et 5 ans tandis que les liquoreux présentent une exceptionnelle durée de conservation, jusqu’à 50 ans pour les Sauternes !

 

Observer de bonnes conditions de stockage

 Mais rien ne sert de garder longtemps un vin si toutes les conditions de bonne conservation ne sont pas réunies. Dans l’idéal, mieux vaut entreposer vos flacons dans une cave, encore faut-il que celle-ci soit bien entretenue ! La cave idéale doit bénéficier d’une température stable et douce, comprise entre 10 et 13°, d’un taux d’humidité compris entre 70 et 75%, et d’une bonne aération. À ces critères exigeants, il faut éviter que toute source de lumière puisse y pénétrer, le mieux étant une cave enterrée et agrémentée d’un sol en terre battue…

Respecter l’ensemble de ces règles n’est pas toujours évident, surtout quand on vit en appartement. Investir dans une cave à vins, qui s’insérera parfaitement dans une cuisine ou une salle à manger, peut être une bonne alternative. Reste, enfin, la possibilité de louer un cellier : ce type de service, assez onéreux, est de plus en plus présent dans les grandes villes.

 

Respecter les délais de conservation d’une bouteille une fois débouchée

Quant aux bouteilles déjà ouvertes, autant dire que leur espérance de vie est sacrément raccourcie… Mais pas question de vider le reste de leur précieux contenu au fond de l’évier, il est toujours temps de terminer votre dégustation 3 à 5 jours après l’ouverture. À condition de prendre quelques précautions ! Car le principal problème rencontré est celui de l’oxydation : au contact de l’air, le vin s’oxyde et vieillit rapidement. Les jours passant, le vin s’évente et… tourne au vinaigre ! Sachez ainsi que, moins la bouteille est pleine, plus le phénomène d’oxydation sera rapide.

Les rouges légers, les blancs secs et les crémants résisteront moins longtemps que les vins rouges, plus robustes, comme les appellations du Médoc, par exemple, qui se garderont davantage après ouverture. De même, pour les rouges jeunes et puissants qui, ayant besoin d’aération, révéleront mieux leurs arômes les jours suivants… Par leur richesse en sucre, les liquoreux peuvent se conserver durant trois semaines. Mais quelle que soit la couleur et le type de vin, il convient de maintenir au frais, une fois ouvertes, vos bouteilles rebouchées correctement (avec un bouchon en plastique).

Placées à la verticale dans le réfrigérateur, vos bouteilles seront mieux protégées du risque rapide d’oxydation grâce au froid. Enfin, il existe sur le marché des accessoires plus perfectionnés tels que le bouchon vide d’air, la bombe de gaz et l’outil révolutionnaire, Coravin, débarqué depuis peu des Etats-Unis, qui permettrait de consommer son vin sur plusieurs mois sans jamais l’altérer…

De quoi ne plus gâcher vos meilleurs crus de Bordeaux !

DISCOVER MORE

Blaye – Côtes de Bordeaux (rouge)

Blaye & Bourg

Foulage

Abécédaire C

Saint-Émilion

Le Libournais