Le dîner de Noël revisité
Food
décembre 1, 2017

Le dîner de Noël revisité

Chaque année, à Noël, revient la sempiternelle question : « mais que va-t-on bien pouvoir manger ? ». Et comme à chaque fois, on s’accorde sur le même repas… car il faut bien plaire à tous les palais. Alors cette année pour rester simple mais surprendre gentiment vos convives, on vous donne quelques astuces afin de twister les classiques du repas de réveillon.

L’entrée

Les huitres sont l’incontournable des repas de fin d’année. Elles se suffiraient presque à elles-mêmes. Oui, mais voici quelques astuces pour bouleverser les habitudes et, qui sait, donner envie aux plus jeunes de se faire enfin leur propre opinion. 

• On les révèle à la japonaise : accompagnées quelques gouttes de sauce Ponzu, de gingembre mariné et d’œufs de poisson, pour une touche de fraicheur et de nouveauté. • Façon cocktail : on saupoudre les huitres de quelques gouttes de gin et d’un peu d’eau pétillante, puis on les recouvre d’une tranche de concombre et d’un filet de citron. Et voilà de quoi commencer le grand dîner entre adultes (non, on n’essaie pas de saouler vos petits neveux et nièces) • On les épice : avec quelques gouttes de sauce piquante, des petits morceaux de gingembre émincé, en guise du traditionnel vinaigre, et un demi citron vert. Brrr, un vrai coup de fouet.• À l’Australienne : on les parsème de prosciutto et de persil, sans oublier quelques gouttes de sauce Worcestershire, et on grille le tout pendant 6 minutes. 

D’ordinaire on partirait sur un vin blanc sec, mais si l’originalité ne vous effraie pas (ni vos convives) essayez de marier les huîtres avec un vin blanc moelleux, à servir frais, de l’appellation Sainte-Croix-du-Mont. Un peu de douceur dans ce monde d’iode. 

Du foie gras dans une soupe ? 

Pour éviter à vos convives de se gaver de pain et de caler avant la fin de l’entrée, ou bien pour leur offrir une assiette nettement plus sympathique que les deux traditionnelles tranches de foie gras tristement isolées : misez sur le bol. On remplit ce dernier d’un délicieux velouté de foie gras et châtaignes, dans lequel (parce que toute gourmandise est permise à Noël), on ajoute des petits dés de foie gras. Le tout accompagné de tranches de pain d’épices grillé.

Habituellement on déguste le foie gras avec un blanc doux, mais pour amener de la vivacité à vos papilles, on sert un vin blanc généreux et joliment boisé. Rien de mieux par exemple qu’un Pessac-Léognan. 

Le plat

La dinde aux marrons mérite elle aussi un petit coup de fouet. Alors, quoi de mieux pour envouter vos convives que de les faire voyager… La dinde prend des accents thaïlandais, avec une sauce curry-coco et des dés d’ananas par exemple. 

Et pour détendre sa chair ferme, on s’oriente vers des vins blancs charnus et amples, comme un Graves élevé finement en barrique, ou un vin blanc doux, parfait à marier avec des plats épicés.

Le fromage

Si le plateau de fromage a l’avantage de répondre à tous les goûts, il n’est pas vraiment des plus agréables à contempler. Alors pour vous attirer tous les « oooohh » et « haaaaa » de votre famille sans trop d’efforts, on forme des boules de fromage frais aux herbes que l’on décore de fleurs. 

En temps normal, on aime accorder le fromage des vins rouges. Mais pour bouleverser les habitudes on le marie avec un vin blanc, un Graves de Vayres par exemple, afin donner vie à tous les arômes. En plus de ravir visuellement les invités le fromage aux herbes apporte une vraie touche de fraicheur, souvent bienvenue en fin de repas. 

Le dessert

Et puisque l’on parle de fraicheur, voilà le dessert glacé ! 

Si c’est une bûche aux agrumes, on l’habille d’un manteau aux couleurs de noël : on la parsème de quelques zestes de citron vert râpé. 

Frais et légèrement acide, voilà qui sera parfait pour finir le repas avec la sensation de n’avoir presque rien mangé. Si, si. 

Et quoi de mieux qu’un verre de Crémant de Bordeaux pour finir sur une note pétillante ?

DISCOVER MORE

Remontage

Abécédaire P

Éraflage

Abécédaire E

Racé

Abécédaire R