Rosé, l’été Bordelais, le renouveau des rosés de Bordeaux
ÉDUCATION
juin 16, 2019

Rosé, l’été Bordelais, le renouveau des rosés de Bordeaux

Eté, chaleur, apéros … rosé ! Et oui, c’est le grand retour de la couleur tendre chère à nos tables estivales. Mais certains passionnés vous diront que le rosé bordelais, c’est toute l’année tant sa consommation augmente… été comme hiver.  Et vous vous demandez peut-être : qu’est-ce qu’un rosé ? Un mélange de vin blanc et de vin rouge ? Que nenni ! Le rosé de Bordeaux  est issu, le plus souvent, d’un assemblage de cépages rouges bien connus dans la région : le merlot, le cabernet sauvignon et le cabernet franc… Et c’est grâce à eux que les rosés de Bordeaux sont à la fois subtils, fruités et frais comme l’océan.

A présent, un peu d’histoire.

Distingués par l’appellation AOC Bordeaux Rosé, les rosés de Bordeaux sont produits sur l’ensemble du vignoble dès le 18e siècle. Mais depuis cinq ans, leur signature s’est affûtée sous l’impulsion d’une nouvelle génération de vignerons. Et grâce à eux, une nouvelle vague de rosés est née : clairs, vifs, fruités, élégants…  et l’ancienne génération de rosés puissants et gastronomiques n’a qu’à bien se tenir.

Cette sensation de fraicheur océanique portée par la nouvelle génération de rosés, n’est pas le fruit du hasard… Il y a déjà le terroir. Les vignes poussent sur des terres baignées d’eau. L’océan Atlantique coule à proximité, mais il ne faut pas oublier non plus les trois cours d’eau (Garonne, Dordogne et Gironde), qui irriguent le sol en permanence.

D’autre part, le Bordeaux rosé est aussi le fruit d’un grand savoir-faire.

– La vendange est parfaitement minutée : les raisins ne doivent être récoltés ni trop tôt, ni trop tard… c’est pourquoi bien choisir la date de vendanges est cruciale pour le vigneron.

– Sans  oublier la vinification, étape clé dans l’élaboration d’un bon rosé. Le vigneron a alors le choix entre deux procédés :

  • La plupart des rosés sont issus du pressurage direct : les grappes entières ou éraflées sont directement pressées et le jus clair est immédiatement mis à fermenter. Le tout permet d’obtenir des rosés aromatiques, frais et d’un rose très clair.
  • Quelques rares rosés sont dits  « de saignée » (le terme fait peur, la méthode rien) : la vendange éraflée est mise en cuve comme pour un vin rouge. Après une courte macération pour obtenir la couleur désirée, on « saigne »  alors la cuve en prélevant 15% à 20% du volume total de la cuve. C’est cette petite partie qui deviendra rosé, tandis que le volume restant dans la cuve évoluera en  vin rouge. Cette méthode permet d’obtenir des rosés d’une couleur plus soutenue et plus vineux. Et on peut même pousser la macération jusqu’à obtenir un vin appelé Clairet, à mi-chemin entre un rosé et un vin rouge.

Voilà pour la théorie. En pratique, lorsque vous tenez un verre de rosé à hauteur d’oeil, observez bien sa couleur. Elle est toujours brillante, toujours alléchante et se décline du rose pâle presque limpide au rose clair.A présent, portez le verre à vos lèvres. Vous savourez ces arômes de fruits rouges ? Ce petit goût de fraise, de groseille … et cette fraîcheur acidulé de l’agrume, du pamplemousse par exemple ? Les aromes sont intenses, frais et fruités. Bref parfaits pour rafraichir et titiller vos papilles estivales. Car oui, n’oubliez pas : servez les vins Rosés suffisamment frais, entre 7 et 11°C.  Et consommez-les dans les 1 à 2 ans.

Allez, une dernière question pratique pour finir : qu’est-ce qu’on mange avec les rosés ? Et une réponse simple : de tout ! Les rosés s’adaptent à tous vos apéros. Tapenade, crevettes, ou toasts au fromage de chèvre frais… et même les salades rafraichissantes.

Et puis si vous voulez poursuivre le repas avec du rosé, c’est possible aussi. Par exemple, du poisson grillé, des grillades de viandes et de saucisses, le tout au barbecue… C’est assez divin.

Si vous êtes plutôt pizzas et autres pissaladières que barbecue, la fraîcheur du rosé désaltèrera votre bouche … et si vous êtes aventurier, essayez le rosé sur des fromages de chèvres pas trop frais, voire même affinés.

Et pour finir en rosé, ils peuvent très bien accompagner vos desserts avec leur note acidulée rafraichissante (clafoutis de cerises et de prunes par exemple)

Le saviez-vous ? : il existe une version du rosé « avec des bulles » : c’est le crémant rosé de Bordeaux parfait pour amener un coté festif à vos apéros ou vos desserts.

DISCOVER MORE

Haut-Médoc

Le Médoc

2009 – Un millésime haute couture

Millésimes

Abécédaire D

Notre savoir faire