La biodiversité dans la région de Moulis-en-Medoc
ÉDUCATION
janvier 19, 2021

La biodiversité dans la région de Moulis-en-Medoc

Faut-il être issu d’une famille de vignerons pour devenir soi-même vigneron ? Absolument pas, comme le prouve Nathalie Cordonnier, qui produit du vin bio dans la région de Bordeaux avec son mari Jean-Baptiste. Le couple a quitté la Belgique pour le Château Anthonic à Moulis-en-Médoc. Découvrez le portrait de ce couple original en photos.
 
Moulis-en-Médoc, au cœur de Bordeaux

Le Château Anthonic est référencé depuis déjà 1850. Ce château authentique compte 28 hectares et est situé à Moulis-en-Médoc, au nord-ouest de Bordeaux. Le vignoble de Nathalie et Jean-Baptiste se trouve dans la plus petite AOC du Médoc, entre deux AOC célèbres : Margaux et Saint-Julien. Pour autant, le Château Anthonic n’a pas à rougir face à ces deux grands noms. Si vous aimez les vins rouges ronds et pleins avec des tanins légers, vous avez frappé à la bonne porte !

De la Belgique à la France

Nous avons rencontré le couple dans son château, où il s’est lancé depuis 2016 dans la production de vin engagé dans une démarche environnementale. Avant d’intégrer l’univers du vin, Nathalie était juriste. Grande amatrice de photographie, elle adore immortaliser le domaine lors de chaque saison. Quant à Jean-Baptiste, il a suivi une formation d’ingénieur. Et outre le vin, il est passionné de motos. Vous l’aurez compris, nous avons affaire à un couple original qui ne manque pas de charme.

Leur credo ? Produire des vins harmonieux en respectant la nature. Et disons-le franchement, les qualités d’ingénieur de Jean-Baptiste et les idées créatives de Nathalie donnent des vins absolument savoureux.

Un petit parfum d’antan

On ne va pas se mentir, la culture biologique n’est pas un concept entièrement nouveau. Jean-Baptiste aime bien faire référence au passé, quand son père faisait du vin bio sans qu’il s’agisse réellement d’un concept.

Vers la fin des années 80, les produits chimiques ont commencé à remplacer le cuivre et le soufre. Plus tard, en 1993, Jean-Baptiste a pris la tête du Château Anthonic. C’est alors qu’il décida d’opérer un retour progressif à la nature. Plusieurs idées en matière de culture biologique ont depuis fait leur entrée au château. C’est ainsi que le couple a décidé de bannir les insecticides, de semer de l’herbe et de stimuler la biodiversité en plantant des haies et arbres entre les vignes. Et au regard des faucons, hiboux, crapauds, salamandres et parfois même des petits serpents que l’on peut apercevoir sur le domaine, on peut dire que leur travail a fini par payer.

Après du sang, de la sueur et des larmes, ils peuvent officiellement accoler le label « bio » sur leurs vins élégants et harmonieux depuis 2019. La conjugaison de leurs connaissances et de leur travail acharné a porté ses fruits !

Du temps et de la patience

Pour Nathalie et Jean-Baptiste, outre des connaissances et un dur labeur, le temps compte également beaucoup dans la viticulture. Car, oui, produire du vin requiert du temps et de la patience. Du temps pour laisser grandir les vignes, faire pousser le raisin, puis laisser le vin mûrir en cave. Le vigneron doit pouvoir faire preuve d’une grande patience. Une qualité sans laquelle il ne pourrait finir que frustré et sans vin. Une situation qu’aucun vigneron digne de ce nom ne saurait imaginer.

DISCOVER MORE

3 recettes de tapas maritimes par Alexandre Fixon #trendychef

Le Pavillon de l’École du vin à Bordeaux Fête le vin

Les coulisses du vignoble