Les Vins de Bordeaux fêtent les rois.

CATÉGORIE: Bons moments a Bordeaux, Découvrez Bordeaux, Parlons gastronomie, Sweet Bordeaux

Les fêtes de fin d’année sont terminées, mais pas la peine de les pleurer, on enchaîne sans faiblir sur de nouvelles festivités.

La galette des rois, qu’on l’aime classique ou revisitée, on l’accompagne d’un verre de Bordeaux pour la sublimer.

Classique : la galette traditionnelle à la frangipane 

Source photo : Pinterest

On la fait maison, sans zapper la fève. Pour la recette, c’est ici.

On aime sa généreuse saveur d’amande et son feuilletage beurré bien croustillant et on l’accompagne d’un pétillant Crémant de Bordeaux pour sa fraîcheur et sa subtile acidité qui viennent tout alléger.

Gourmande : la galette au chocolat 

Source photo : http://www.lesbonheurs.fr

Agrémenter sa frangipane de chocolat, c’est presque indécent tellement c’est gourmand! On craque complètement pour la galette cacaotée qui permet de déboucher un Bordeaux rouge léger. La recette de la galette au chocolat ici.

Original : les macarons à la frangipanes.

Crédit photo : Puregourmandise.com

Effet bluffant assuré avec les macarons des rois à la frangipane ! C’est original et moins lourd qu’une part de galette, on peut même en profiter plusieurs jours d’affilé. La recette à retrouver ici est signée Puregourmandise.com

On les accompagne d’un Sweet Bordeaux de l’appellation Cérons pour sa douceur et son équilibre, agrémentés d’une jolie acidité, et le tour est joué, on devient le roi ou la reine des fourneaux.

Bordelais : la brioche des rois

Source photo : journaldesfemmes.com

Retour aux sources avec la recette originale et traditionnelle française du gâteau des rois : la brioche bordelaise. Moelleuse, avec ses fruits confits et son sucre croustillants, elle est aussi régressive que tendre. On l’accompagne d’un verre de rosé bien frais aux arômes d’agrumes et de fruits exotiques. La recette de la brioche des rois ici.

 D’autres idées d’accords mets-vins sur la section dédiée de notre site : http://bit.ly/17XFMya

Êtes-vous prêt pour les festivités de fin d’année ?

CATÉGORIE: Découvrez Bordeaux, Général, L'Art de vivre Bordeaux, Parlons gastronomie

 

Diners de fête

 

Le grand froid s’installe, quelques timides flocons de neige pointent déjà leur nez dans le brouillard épais des fraiches matinées hivernales, décembre a pris le pas sur novembre … au grand dam de certains qui s’échappent vers des horizons lointains et ensoleillés. Pour le bonheur du plus grand nombre, petits et grands trépignent déjà d’impatience et anticipent les préparatifs des festivités de décembre.

Si décembre est le mois des bonnets en laine, des mitaines et des cache-nez, c’est aussi toute une ambiance. Fermez les yeux un instant. Imaginez. Vous êtes confortablement installé dans votre canapé, le feu crépite dans la cheminée et le sapin fraichement décoré répand autour de vous ses essences boisées. Vous décidez alors de sortir vous imprégner pleinement de cette atmosphère festive. Un petit tapis de neige crisse sous vos pieds, les rues sont illuminées, les vitrines animées. Vous marchez paisiblement, et distinguez alors l’odeur du vin et des marrons chauds qui se dégagent des chalets des marchés de Noël. L’odeur du pain d’épices, de la brioche, et du chocolat chaud. Et vous marchez au rythme des carillons qui sonnent Noël. Ambiance paisible. Conte d’enfants… Ah, si tout pouvait être si simple, si doux, si tranquille.

Mais pas le temps de se laisser trop longtemps happer par cette ambiance féérique ! L’heure est aux préparatifs des festivités ! Décembre est le mois où se succède toute une série d’occasions de se délecter les papilles. Pourtant, cette période peut être source d’appréhensions, de tensions voire de stress. Que proposer pour le diner ? Dinde ? Poisson ? Huîtres ? Et comme accompagnement ? Rouge ? Blanc ? Rosé ?

 

Pour vous donner plein d’idées et ravir vos convives, nous avons récemment enrichi notre site d’une nouvelle section accords mets-vins. De nombreuses recettes y sont présentées, ainsi que leurs différentes propositions d’accords vins selon vos envies : classique, découverte ou original. Selon le programme de vos festivités, voici quelques suggestions :

Vous êtes attaché aux traditions.

Les fêtes de fin d’année sont un moment important que vous attendez avec impatience. C’est le moment de l’année que vous préférez, et où vous passez un moment privilégié avec vos proches. Vous voulez faire les choses en grand et réjouir vos convives ou vos hôtes. Profitez des fêtes pour découvrir les « classiques » du Bordelais, sans pour autant dépasser votre budget.

Accompagnez les huitres avec un Entre-deux-Mers, et un liquoreux comme un Loupiac avec le foie- gras. Un Fronsac conviendra très bien avec un large assortiment de fromages et fera l’unanimité.

Vous voulez surprendre.

Vous voulez impressionner la fratrie, les parents et surtout les beaux parents, il s’agit alors de sortir le grand jeu. Des vins blancs dégustés avec des viandes, ou des liquoreux avec le dessert, nous vous donnons l’occasion de faire vos preuves en proposant des accords orignaux pour ravir vos invités.

Avec la dinde ou le chapon : avec un rouge fin et charpenté comme un Lalande-de-Pomerol ou un Pomerol. Plus étonnant encore, proposez un blanc sec et structuré comme un Graves. Pour la bûche de Noël : un blanc liquoreux comme un Barsac ou un Cérons, voire même un Crémant de Bordeaux pour terminer l’année en toute légèreté.

 

Découvrez la nouvelle section du site des vins de Bordeaux dédiée aux accords mets-vins et composez votre menu de fête pour terminer 2013 en beauté. De nombreuses recettes sont régulièrement ajoutées.

Pour un diVIN repas de Noël, accordez-le !

CATÉGORIE: Découvrez Bordeaux, Parlons gastronomie

A l’approche des fêtes de fin d’année, c’est souvent un casse-tête pour celui en charge des festivités. Le repas de Noël se veut inoubliable, mais tout le monde n’est pas un cordon bleu, ni prêt à y passer sa journée. Besoin d’idées accords mets-vins savoureux mais pas compliqués ? Consultez notre rubrique accords de fêtes. Voici quelques suggestions pour l’entrée et le plat. Le sucré à suivre dans un prochain article.

Le roulé de bar mariné à l’huile de truffe et farci au fromage de chèvre frais, c’est original et gourmand, on peut le préparer à l’avance et difficilement le rater, succès assuré. On l’accompagne si on est classique d’un blanc sec structuré comme un Pessac-Léognan, pour une découverte d’un blanc sec fruité comme un Blaye Côtes de Bordeaux ou pour plus d’originalité d’un liquoreux type Sauternes.

source photo : http://www.relaischateaux.com

Incontournable, le foie gras servi poêlé aux pommes veut qu’on l’accompagne tradiitonnellement d’un liquoreux comme un Graves Supérieur. Pour plus de légèreté,  on n’hésite pas à déstabiliser en débouchant un Bordeaux Clairet pour sa douceur et ses tanins légers. Les plus audacieux peuvent même miser sur un rouge fin et léger comme un Côtes de Bordeaux.

Le traditionnel chapon, au citron et aux marrons, farci et accompagné d’une purée de pommes rates, s’accompagne bien sûr d’un vin rouge fin et charpenté comme un Saint-Emilion, un Saint-Emilion Grand Cru, un Pomerol ou un Lalande de Pomerol. Les amateurs de blanc ne doivent pas pour autant rebrousser chemin, un blanc sec structuré comme un Graves, à choisir de préférence vieilli en fût de chêne et sur un millésime de quelques années va réveiller les papilles tout en légèreté.

Source photo : http://cuisine.larousse.fr

Si on s’écarte des sentiers battus, on peut partir sur du gibier, comme un rôti de chevreuil aux marrons, sauce chocolatée. Pour poursuivre dans les mêmes notes, un vin rouge aux légères saveurs de cerises noires comme un Pauillac sera le compagnon idéal.

Pour connaître votre profil de dégustateur et si vous êtes plus classique, découverte ou original et remporter un voyage dans le bordelais, rendez-vous sur notre quizzzz !

Et pour plus d’idées d’accords mets-vins de fête, c’est sur notre site que ça se passe.

Les accords mets-vin débarquent sur Bordeaux.com

CATÉGORIE: A propos du site, Découvrez Bordeaux, Général, Parlons gastronomie

Accorder un plat avec un vin ou un vin avec un plat peut vite tourner au véritable casse-tête… Pour vous accompagner, nous lançons sur notre site Bordeaux.com une nouvelle rubrique dédiée aux accords mets-vin !

Elle est consultable ici : http://www.bordeaux.com/fr/artdevivre/accords-mets-vins

On y retrouve 19 recettes, entrées, plats et desserts confondus utilisant des produits de saison. Saint-Jacques, foie gras, huîtres, chapon, orange, sont actuellement à l’honneur pour les fêtes de fin d’année. De quoi vous aider à concocter vos repas festifs sans vous planter.

Pour chaque recette, on trouve trois propositions d’accord mets-vin de Bordeaux. Selon son profil œnologique, on peut préférer un accord classique, un accord découverte ou un accord original.

Pour définir son profil œnologique, il suffit de participer au quizz qui fait actuellement l’objet d’un jeu-concours sur notre site.

En répondant aux questions, on découvre si l’on a un profil plus classique, découverte ou original.

A découvrir et à partager ici : http://www.bordeaux.com/fr/quiz-accords-mets-vins

La navigation dans la rubrique accord mets-vin, simple et intuitive, permet de se déplacer entre les entrées, les plats et les desserts grâce à un filtre. Vous pouvez ainsi composer  un menu complet mais aussi choisir de découvrir une recette au hasard.

Les recettes, réalisées en partenariat avec l’Atelier des Chefs, permettent une expérience globale autour des accords mets-vins, car chefs et sommeliers de l’Ecole du Vin de Bordeaux ont travaillé ensemble pour les composer.

C’est donc un outil complet autour du difficile exercice de l’accord mets-vin que nous vous proposons !

 

Quelques propositions pour vous mettre en appétit?

En entrée, betteraves au raifort et anguilles fumées, et pour accompagner, choisissez entre un Sauternes pour l’accord classique, un Barsac pour la découverte et un Pessac-Léognan pour l’originalité. En plat, un civet de chevreuil à accompagner d’un Margaux, un Fronsac ou un Saint-Julien. En dessert, tartelettes au chocolat et à la meringue à la cannelle a marier selon son profil à un Cadillac, un Bordeaux Supérieur ou un Sainte-Croix du Mont.

L’accord mets-vin reste quelque chose de subjectif. Il n’y a pas de bon ou de mauvais accord. Tout est question de goût, d’occasion et de compagnie. L’accord parfait est très personnel, et ne séduit pas forcément tout le monde, cependant il n’y a pas d’accord raté ! Tout ceux qui jouent peuvent gagner.

Nous vous donnons grâce à cette rubrique des pistes pour explorer les accords mets-vin et vous donner envie d’aller plus loin dans votre propre expérience.

Un vrai challenge pour les sens !

On attend vos retours, remarques, propositions sur notre page Facebook, et notre compte Twitter. A très vite !

Bordeaux blancs comme la neige, pour se préparer à l’hiver.

CATÉGORIE: Découvrez Bordeaux

A l’arrivée de l’automne, on ouvre spontanément ses Bordeaux rouge qu’on accorde sans soucis avec les produits de saison. Mais les vins de Bordeaux c’est aussi des blancs et des sweets qu’on peut déguster sans frémir même si les températures ont chuté.

crédit photo : cartesfrance.fr

La viande blanche mijotée, avec un Côtes de Blaye tout en vivacité.

Qu’on soit chasseur de lapin ou chasseur de champignons, le lapin au cidre et aux champignons met tout le monde d’accord en 20 minutes de préparation et 1h de cuisson. Pour l’accompagner, un Bordeaux blanc sec comme un Côtes de Blaye avec assez de corps et de nervosité pour soutenir les arômes développés de la viande mijotée.

Source photo : http://beautiful-food.livejournal.com

L’accord surprenant, le gibier, avec un Barsac ou un Sauternes.

On aime le gibier pour son goût puissant et sa chair subtile. Si d’habitude on l’associe avec un rouge charpenté aux tannins fins, il faut parfois savoir sortir des sentiers battus pour découvrir de nouvelles émotions. Avec un gibier à plume comme la poitrine de faisan aux champignons, on joue l’audacieux et on débouche un Sweet Bordeaux comme un Barsac chaleureux et chaleureux ou un Sauternes gras et élégant.

crédit photo : grazia.fr

En attendant les fêtes de fin d’année, le saumon gravlax avec un Bordeaux blanc.

On se met dans l’ambiance des fêtes en s’entraînant à préparer un saumon mariné et sauce gravlax à l’aneth pour changer du sempiternel saumon fumé. Difficile de faire plus fondant et plus gourmand. La chair moelleuse et veloutée du saumon mariné aime se frotter à un Bordeaux blanc sec rond avec de la puissance pour accompagner les herbes et les épices de la marinade.

Source photo : http://devousamoi-dominique.blogspot.fr

Le tournedos rossini avec un Graves, vif et puissant.

Le tournedos est une viande si tendre que même un Bordeaux blanc peut lui convenir, surtout s’il est accompagné de foie gras comme le tournedos rossini ! On ose donc l’accord original avec un Graves fruité mais puissant et structuré pour tenir tête aussi bien au gras du foie qu’au saignant du boeuf.

Tournedos Rossini: perfection+perfection=heaven...

crédit photo : pinlavie.com

La gourmandise, du sucré avec un Crémant de Bordeaux.

C’est une jolie douceur de l’automne que sont les pommes au four avec glace à la vanille. Un chaud-froid très gourmand ! On les accompagne des fines bulles d’un crémant de Bordeaux pour un jeu de texture séduisant. Le fondant des pommes quasi compotées a besoin du contraste pétillant du crémant. La richesse du crémant et ses notes d’agrumes et fruits secs sont aussi là pour donner un coup de fouet aux papilles et ne pas les laisser s’endormir.

crédit photo: papillehot.com

Et n’hésitez pas à partagez les résultats de vos essais aux fourneaux sur notre page Facebook, et notre compte Twitter.

5 nuances de rouge automnales

CATÉGORIE: Découvrez Bordeaux, Général, Parlons gastronomie

L’automne est bien installé, et l’hiver commence à pointer le bout de son nez. Autant de bonnes raisons de rester au chaud dans son lit toute la journée, mais aussi autant de raisons de sortir les rouges chaleureux qui dormaient en cave. Même la nature est d’accord et se raccorde aux nuances des Bordeaux rouges en changeant la couleur de leurs feuilles. Et comme l’automne c’est aussi la saison de tout un tas de produits très goûtus, on réfléchis à comment se mijoter de bons petits plats, et on se prépare même en douceur à l’approche de Noël…

crédit photo : altervino.free.fr

Le plat mijoté, avec un Pomerol puissant mais raffiné.

Les températures baissent, les journées rétrécissent, mais pas l’estomac, on a besoin de force et de chaleur, la daube de bœuf fait un malheur. Elle se prépare en quantité et cuit toute seule, c’est vraiment pas compliqué. C’est encore meilleur le lendemain réchauffé, les arômes se seront développés, comme un bon vin qui a quelques années. On débouche avec un Pommerol, un Bordeaux puissant mais raffiné aussi sensuel que ce plat fondant.

Daube de Boeuf
crédit photo : http://www.marthastewart.com

 

Le gibier, avec un Médoc robuste aux tannins souples.

L’automne, c’est la saison de la chasse et du gibier. Les amateurs en profitent parce que ça ne dure pas longtemps, et les Bordeaux rouges se réjouissent parce qu’ils adorent les chairs puissantes de ces viandes. Dans les gibiers à plume, le faisan est un des plus faciles à cuisiner. Pour rester dans le ton, on l’accompagne d’un autre produit de saison, et voilà le faisan aux noix. On utilise des cerneaux de noix entiers, pour décupler le goût. On sert avec un Médoc qui aura passé quelques années à la cave auparavant. Sa structure et ses arômes d’animal et de café torréfié en font un sacré allié sur le gibier.

Faisan aux noix
crédit photo: © Larousse

En attendant Noël, la poularde avec un Graves de Vayres.

Et oui, dans cinquante jours c’est déjà Noël. Il est donc grand temps de s’entraîner pour le Jour J. Et pourquoi ne pas changer de la sempiternelle dinde aux marrons avec une poularde farcie au sirop de Liège tout droit venu de Belgique ? Ce petit côté sucré/salé du au sirop de Liège (issu de la réduction de jus de pomme et/ou de poire) c’est dément ! Pour l’accompagner, un Graves de Vayres doux et velouté avec de beaux tannins délicats.

Poularde de Bresse farcie sous la peau

La Poularde
crédit photo : chezrequia.com

L’accord surprenant, le poisson avec un Bordeaux.

Il faut sortir des setiers battus et oser le poisson avec le rouge ! Cela ne fonctionne pas avec tous les poissons mais avec la chair tendre et fine du rouget, ça peut coller si on sait bien l’accompagner. En jouant la carte du Sud et en le mariant à l’amertume des olives noires et d’herbes, ça fait replonger en été. La recette ici. On débouche avec un rouge de l’appellation Bordeaux, souple et fruité sans trop de robustesse pour ne pas écraser le délicat rouget.

crédit photo : vinvignevoyages.com

La gourmandise, du sucré avec un Côtes de Bourg

Si on part se promener en forêt, ne pas oublier de ramasser des châtaignes, c’est facile à cuisiner. Les gourmands aimeront les tourner en sucré avec une crème brûlée au confit de châtaigne. Les saveurs de l’automne avec une touche de douceur. Pour surprendre, on la sert avec un Bordeaux rouge comme un Côtes de Bourg aux petits fruits noirs compotés et aux touches d’épices.

Ces recettes sont des idées, des pistes à explorer, si vous avez d’autres idées d’accords mets-vins ou des photos, n’hésitez pas à les partager sur notre page Facebook, et notre compte Twitter.

Le Clairet, clairement gourmand !

CATÉGORIE: Bons moments a Bordeaux, Bordeaux Rosé, Découvrez Bordeaux, Parlons gastronomie

L’été est là, laissez donc vieillir et mûrir vos Bordeaux rouge à la cave, et sortez le Bordeaux Clairet afin de sublimer votre repas ou votre apéritif ! Absolument tout en ce vin s’accorde à merveille avec la saison, que ce soit ses vertus rafraîchissantes ou bien ses arômes faisant ressortir des fruits rouges tels que la fraise, la groseille ainsi que des des notes de grenadine.

Crédit photo: www.planete-bordeaux.fr

Le nom du Bordeaux Clairet est bien présent à l’esprit des amateurs de vins de Bordeaux, ceci dit son histoire, sa vinification et les accords mets-vin méritent d’être sur le devant de la scène, c’est parti !

Crédit photo: www.papillesetpupilles.fr

Le Bordeaux Clairet est né dans les années 50, en souvenir des « Clarets », terme donné par les anglais aux vins rouges de Bordeaux qui étaient plutôt légers, fruités et avec peu de structure tannique. Les caractéristiques typiques des vins rouges de la région bordelaise ont bien changé depuis le temps ! Mais le nom de Bordeaux Clairet est resté, en souvenir de cette époque et des relations commerciales franco-britanniques d’autrefois, puisque les premiers vins de Bordeaux ont été exports vers le Royaume-Uni au XVIIIème siècle.

Véritable intermédiaire entre les rouges et rosés, ce vin est produit dans les vignobles de Bordeaux bien évidemment, mais plus précisément dans les régions viticoles du Médoc, de Graves, d’Entre-Deux-Mers, de Sauternes, de Libourne et de Blaye-Bourg. L’AOC Bordeaux Clairet s’étend sur près de 925 hectares sur l’ensemble de la Gironde et produit aux environs de 52 000 hecto-litres par an. Pour les plus curieux, les sols sont des sables, graves, boulbènes et argilo-calcaires.

Pour ce qui est de la vinification, le Bordeaux Clairet est élaboré par la méthode dite de la « saignée ». Celle-ci consiste à mettre en cuve des raisins rouges entiers comme on ferait pour une vinification de vins rouges traditionnelle, mais c’est au bout de quelques heures de contacts entre les jus et les peaux dans cette cuve que l’on va séparer les jus des parties solides du raisins. Un peu comme le Bordeaux rosé en fait, sauf que le temps de macération est supérieur, entre 24 et 48 heures. Le jus sera donc plus soutenu et c’est ce qui va lui permettre de se distinguer par sa couleur et ses arômes. Il est donc vinifié à partir d’un assemblage de cépages rouges: le merlot en grosse majorité mais aussi du cabernet franc et du cabernet sauvignon. Tout ce processus en fait un vin léger, friand, doté d’un certain corps, et présentant une réelle plénitude aromatique aux tanins doux. Sa caractéristique principale reste sa robe rouge pâle magnifiquement lumineuse.

Le Bordeaux Clairet convient à bon nombres d’occasions, surtout en été, impossible de s’en lasser ! Pour l’apéritif, vous pouvez le dégustez en accord avec une copieuse assiette de charcuterie, ou bien encore différents tapas. Pour ce qui est du plat principal, il va de pair avec tous types de grillades (côtelettes d’agneau, côtes de porc, brochettes de poulets) et poissons, il reste un des meilleurs amis du barbecue. Le dessert adéquate au Bordeaux Clairet serait la tatin rouge à la crème de pralines roses ou une belle tarte aux fraises.

Crédit photo: www.planete-bordeaux.fr

En ce qui nous concerne, retrouvez d’autres informations pratiques autour des vins de Bordeaux sur notre Twitter ou bien rejoignez-nous sur notre page Facebook.

Portrait de chef : Romain Tischenko au Galopin

CATÉGORIE: Bonnes adresses, Découvrez Bordeaux, Général, L'Art de vivre Bordeaux, Parlons gastronomie

Coup de projecteur sur un jeune cuisinier à l’œil malicieux et au sourire charmeur, au coup de couteaux ravageur et à la maîtrise redoutable du feu : Romain Tischenko.

© Carlos Moya Guttierez

Romain est un jeune chef bien connu du petit écran puisqu’il a remporté haut la main la première édition de Top Chef. Là ça vous revient, comment oublier ces soirées les yeux rivés sur la télé et les doigts crispés sur son fauteuil, à crier “Romain, n’oublie pas de regarder dans le four si ta pâte a bien levé” !

© La popotte de Manue

Le Galopin, c’est le nom de son restaurant de la petite rue Sainte Marthe à Paris, au 34 plus précisément. Une rue discrète mais célèbre pour ses petits commerces de bouche de qualité, l’endroit rêvé pour Romain qui fait ses courses dans le quartier. Bagages déposés depuis maintenant plus d’un an, il réussit à faire venir tous les foodies dans son petit cocon gourmand grâce à une cuisine vive et savoureuse, allègre et fraîche comme une brise d’été qui vient caresser le bas dos au bord de l’eau.

© Vin et chère

Pour se donner un avant goût de son univers, voici une des recettes de Romain : les “Encornets, fruits et légumes”. Un plat estival à escorter d’un verre de Sweet Bordeaux, comme un Côtes de Bordeaux Saint-Macaire. On l’appréciera ici pour sa rondeur, son fruité délicatement sucré tout en restant équilibré, ses reflets clair jaune d’or, son divin petit bouquet boisé et ses subtiles notes de pain grillé. De quoi donner l’eau (enfin le vin) à la bouche !

© Con Amici

Pour commencer, s’armer d’1 poignée d’oseille, de 4 petits encornets, de 4 jeunes poireaux, de quelques lamelles de chou-fleur et de radis, de quelques feuilles de roquette, de bâtonnets de pomme verte, de 2 litchis, de noisettes, de citron de Sicile séché, d’huile d’olive et de fleur de sel.

Ensuite, faire tournicoter l’oseille dans son mixeur avec la complicité d’une huile d’olive de qualité. Trancher la bestiole iodée en cercle, en carré ou même en parallélépipède pour les plus affirmés et le scarifier sur une de ses faces. L’allonger dans une poêle avec de l’huile d’olive et faire bronzer sa face entaillée pendant 10 secondes, pas une de moins pas une plus ! C’est au tour des 4 jeunes poireaux de passer à la poêle pendant 3 minutes, toujours à l’huile parce qu’on ne change pas une équipe qui gagne. Lorsqu’ils commencent à prendre des coups de soleil et à s’attendrir on le retire et on le réserve dans l’intimité de son frigo.

Voilà le travail est presque fini et il est temps de dresser ! Flanquer les poireaux et les encornets dans une assiette, les lamelles de chou-fleur et de radis, les feuilles de roquette, les bâtonnets de pomme verte, les morceaux de litchis et les brisures de noisettes. Achevez le tout avec une larme grasse et onctueuse d’huile d’olive, de la fleur de sel à discrétion et du citron de Sicile séché. Si vous n’en avez pas, le zeste râpé d’un citron bio (s’il vous plait !) fera l’affaire. Et maintenant à table !

Mais avant de dévorer, on se munit de son tire-bouchon pour faire chanter le clapet de sa bouteille de Côte de Bordeaux Saint-Macaire et la déguster sur ce plat sucré-salé au caractère affirmé.

© Taylor Eason

Jambon, Saint-Jacques et Graves

CATÉGORIE: Parlons gastronomie

Je suis sûr que vous adorez surprendre vos amis, et bien voici une recette que j’ai testée pour vous, succès garanti !

Bruschetta de jambon cru et de Saint-Jacques - Recette pour 2 personnes
Préparation
- Toaster une tartine de pain, étaler de la gelée de piment d’Espelette et couper en rondelles les noix de Saint-Jacques en tranches un peu épaisses.
- Parsemer de fleur de sel et gratter la peau d’un citron vert.
- Repasser les Saint-Jacques au grill afin de les tiédir.
- Y déposer au dernier moment une fine tranche de jambon cru.

Oui, oui, vous avez bien lu : de la viande et du poisson dans le même plat, avec sa gelée de piment, c’est vraiment étonnant et délicieux.

A présent, reste à choisir le vin qui accompagnera tout cela… Qui du poisson ou de la viande prend le dessus ? Pour moi, c’est plutôt le poisson, et son goût si typique, c’est pourquoi je vous conseille d’accompagner ce plat d’un vin blanc sec de Graves, qui se mariera parfaitement avec ces saveurs.

Vous pourrez trouver des dizaines de recettes dont celle-ci sur Vinsetrecettes.com